Extrait : Le Jour du Patchwork

Deux extraits choisis qui m’ont marqués, très différents l’un de l’autre.

1)

Tandis que le siècle approche de sa fin, on secoue la tête devant le taux élevé de divorces, devant la liaison amoureuse maltraitée, abandonnée a la négligence ou au désordre.

Dans l’obscurité de votre chambre, êtes vous encline en votre fort intérieur à imaginer que vous n’êtes plus amoureuse ou que vous vous êtes lassée de ce petit miracle du coeur. Une fois que vous avez aimé, vous ne pouvez plus revenir en arrière, défaire ce qui a été fait, vous avez changé, mais cela reste de l’amour. Pourquoi certains vieux amants peuvent-ils devenir amis ? Ou ils ne se sont jamais aimé, ou ils s’aiment encore.

2)

Ce qu’il vit quand son régiment fût chargé de libérer un camp de concentration.

Il évoluait comme un homme en transe, comme quelqu’un qui regardait par la fenêtre un autre univers ressemblant a la terre et a ses habitants, mais pas tout a fait quand même.

Les gens qu’il découvrit ne paraissaient pas appartenir a la même espèce que lui, leur humanité était transformée par leurs souffrances et leur maigreur squelettique, ce qui lui donnait l’impression d’être un étranger, tout gêné de se dresser devant eux en pleine santé.

Voila, ce livre n’est pas exceptionnel, mais certains passages le sont..

Merci de m’avoir lu et bonne journée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s