Axel KAHN : Chemins

Pour ceux et celles qui me suivent un peu, vous avez compris que j’aime marcher…et prendre des photos en marchant .

Lors d’une expo de photos, je suis tombée sur ce livre d’Axel Kahn ainsi que celui de Jean Christophe Ruffin, ma prochaine lecture.

Le titre m’a fait penser à mon Chemin de Compostelle, commencé et arrêté deux fois, pour des ampoules sur infectées puis une periostite.

Puis impossible de repartir à cause de ce méchant virus, les hébergements étant fermés. Le nouveau départ est prévu pour mai, mes pieds et ma tête sont prêts à revoir le Chemin.

Pour en revenir à ce livre, Axel nous raconte son amour de la marche depuis son enfance avec son père.

J’ai trouvé certains chapitres un peu long . Moi qui aime la moyenne montagne, j’avais du mal à imaginer les paysages. Pour moi trop de noms de Cols ou Vallées et pas assez de descriptions de paysages.

Mais ce qui m’a plu surtout ce sont ses pensées, ses méditations en marchant, qui font complètement écho à ce que je ressens, mais que je ne saurais pas mettre en parole comme lui.

Quelques extraits :

« Je ne me sens authentiquement libre qu’en marchant. En marchant seul surtout »

« La marche est l’expérience d’une liberté idéale, elle est la seule circonstance du dialogue intérieur avec soi-même « 

« Chaque kilomètre est propice à la méditation »

« Il m’arrive, confronté à la beauté d’un paysage, d’en être à ce point subjugué que la violence de l’émotion me sidère et que mon esprit se libère du corps douloureux du marcheur »

« Après une dizaine de kms, le marcheur est envahi d’un incroyable bien-être, cependant il me faut m’y résoudre mon corps est devenu un compagnon fort grincheux « 

( il a 71 ans quant il écrit cela )

Il termine ce livre à 75 ans et :

« Je suis humain, de tout temps j’ai su qu’il me faudrait bien mourir. J’ai trouvé beaux tous les âges de la vie. Je n’arrive pas à m’imaginer sans cheminer. Une existence sans sentier n’a aucun attrait pour moi ».

Voilà ce que j’ai aimé dans ce livre, et son amour des paysages, des personnes rencontrées sur la route.

Cet espoir qui revient dans l’humanité lorsque l’on croise en chemin des personnes qui n’hésitent pas à rendre service, à nous accueillir, à nous offrir un verre d’eau, un fruit, un sourire. C’est aussi tout ce que j’aime le long de mon Chemin de Compostelle….hâte d’y retourner..ma petite drogue douce..

Quelques photos quand même

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s